Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20.11.2006

SUR L’ALEA HYDRAULIQUE A L’ENTREE NORD-EST DE NIMES (Route d’Uzès et cadereau d’Uzès)

Spectateurs et observateurs obligés des inondations qui ont frappé le secteur de la Route d’Uzès, nous ne pouvons que rester dubitatifs en lisant et entendant sans cesse que toute prévention des inondations doive systématiquement passer par l’aval … Et que, par exemple, il était stupide d’avoir, en priorité, construit des bassins de rétention en amont de la ville, etc. Est-ce si simple ?

Nous sommes d’autant plus perplexes que ces théories générales et apparemment « logiques » ne nous semblent pas coller tout à fait à la réalité du secteur de la Route d’Uzès. Celles-ci éludent en effet (pourquoi ?) un facteur essentiel aggravant de ces inondations, à savoir le double barrage hydraulique quasiment infranchissable, constitué par :

- le talus de la voie ferrée Alès-Nimes et son goulet d’étranglement du Pont de la Route d’Uzès
- l’immense emprise ferroviaire qui va du SERNAM à Courbessac en passant par Jean Bouin

medium_Cadereaux_1.2.jpg



A ceci s’ajoutent le comblement du cadereau de la Douasse ainsi que celui du cadereau du Mas verdier pour laisser la place aux emprises du chemin de fer

medium_Cadereaux_2.4.jpg En vérité, lors des inondations de septembre 2005, les bassins de rétention (fortement critiqués) construits en amont du cadereau d’Uzès n’ont pas été inutiles …

Les commentaires sont fermés.