Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15.01.2007

Max Roustan: On constate une augmentation significative des permis de construire entre Nîmes et Alès

Le 25 mars 2005, Max ROUSTAN, Député-maire d’Alès déclarait au cours d’une réunion multipartite organisée à l’initiative de la Direction Régionale de l’Equipement consacrée à l’examen de la problématique ferroviaire nîmoise :

« Le bassin d’Alès qui comprend 240 000 habitants est enclavé » et : « Une augmentation significative des permis de construire est constaté entre Nîmes et Alès »
Ou encore : « Souhaitons que dans 20 ans, la liaison ferrée Nîmes-Alès soit une véritable navette propre à desservir les deux villes »

Quant à Bernard DURU, le Directeur départemental de l’Equipement du Gard celui-ci confirmait, l’augmentation importante des permis de construire entre Nîmes et Alès et précisait que « les travaux de la RN 106 à l’entrée de Nîmes ne se réaliseront qu’en 2012-2014 », que la desserte entre les deux villes a donc besoin du train et qu’il convenait de raisonner multimodal vu la future «dégradation inévitable de l’accessibilité et l’augmentation prévisible du temps de trajet en voiture ».

Si nous partageons cette vision du futur développement du bassin nîmo-alésien et de l’importance du rail sur cet axe du futur, par contre nous sommes plus que jamais convaincus que la construction du viaduc Jean Bouin (mal nommé viaduc de Courbessac) sera une gabegie inutile dans l’intérêt illusoire de la seule ville d’Alès. Pour satisfaire un très vieux « projet désuet du 19ème siècle » ? …

« Le premier projet de viaduc qui remonte à Napoléon III est l’œuvre d’un ingénieur nîmois nommé CHEBASSUS » (Michel LESCURE – Direction départementale de l’équipement du GARD). Autrement dit du temps … des locomotives à vapeur, des aiguilles actionnées manuellement , de la voie de l’ex-charbonnage (contiguë au cimetière Saint Baudile, tout au long de l’artère principale entre le dépôt et Courbessac, mais désaffectée et… très curieusement oubliée … elle aussi.

medium_Voies_104_et_autres_031.jpg


medium_Voies_104_et_autres_029.jpg


medium_DSCF2084.jpg

De nos jours, alors que TOUS les TER sont réversibles, que les circulations de service sont nettement moins nombreuses (disparition du triage par gravité, manœuvres de retournement de locomotrices devenues inutiles), alors que la très haute technicité de la SNCF s’avère indiscutable dans les domaines hyper développés touchant aux moyens techniques et opérationnels, alors que les besoins actuels de circulation ferroviaire intra muros sont criants, une priorité s’impose d’urgence : la faisabilité d’une solution alternative économique et efficace, celle de la VOIE 104 (pour faire simple) qui doit pouvoir se substituer au projet obsolète de viaduc Jean Bouin.

Pourquoi Réseau Ferré de France s’obstine-t-il à éluder par tous les moyens cette proposition de solution voie 104, solution tout à fait appropriée pour gagner presque autant de précieuses minutes que le viaduc sur la durée de trajet Nîme-Alès (6 minutes au lieu de 8) ?

Pour sauver la précieuse voie ferrée Nîmes-Alès-Nîmes (nous aussi, nous le souhaitons !) il suffirait, sous la houlette des Agglo de Nîmes et Alès, du Conseil régional, du Conseil général en coordination avec la SNCF/RFF (à l’exemple du tronçon de ligne 2 du tramway de Montpellier) de la dédier au plus tôt à un TER cadencé doublé d’un véritable train tram.

Ce train tram (l’outil crée le besoin !…) irriguerait TOUT le bassin nîmo-alésien dans le respect d’une utilité réellement partagée entre nos deux villes …et donc dans l’intérêt de TOUS.

medium_Assoc_et_SERNAM_le_30_aout_2005_001.jpg


Mais pour que la voie ferrée Nîmes-Alès-Nîmes parvienne rapidement au rang de «navette » capable de desservir TOUT le bassin nîmo-alésien, il faudra nécessairement créer au plus vite un maximum de haltes minutes avec parcs relais entre les gares de Nîmes-centre et Alès-centre et surtout, sur les parcours intra-muros du TER cadencé et celui du train tram.

Avec le projet de VOIE 104 (au prix d’aménagements réduits), les Gardois et tout particulièrement les Nîmois disposeraient de TROIS haltes minutes essentielles:
- l’une, à l’entrée nord-est de la ville (Serre paradis/Pont de Courbessac avec Parc relais sur la friche ferroviaire jouxtant le Pont de la route Courbessac)


- les deux autres, tout à proximité du futur quartier HOCHE-SERNAM dont les besoins en échanges multimodaux seront très importants : Pont de l’Observance en bout du Boulevard Talabot (parc relais à définir) et Jean Bouin, avec parcs relais de part et d’autre du Pont du Diable (parking Jules Verne et friche ferroviaire de la rue Vignaud)

medium_DSCF2066.jpg


Sans compter, à plus long terme, la faisabilité logique d’un scénario combinant le parcours desTER et train tram à partir de la future gare TGV de Manduel en passant par une GARE DE CORRESPONDANCE implantée au Pont de Justice afin de desservir :
- Marguerites,
- la Halte Kléber puis différentes haltes sur la ceinture Nord de Nîmes et tout le bassin nîmo-alésien jusqu’à Alès,
- la gare Nîmes-centre avec haltes à Serre Paradis, Jean Bouin, Talabot mais aussi avec une prolongation vers Saint-Cézaire d’une part, et Le Grau du Roi, d’autre part.

medium_DSCF2086.jpg


Loin d’être «un élément clé de l’étoile ferroviaire de Nîmes» comme le soutient sans conviction RFF, ce viaduc obsolète condamnerait (gaspillage inutile de presque 30 millions d’euros) non seulement DEUX HALTES MINUTE essentielles pour Nîmes, mais accaparerait d’autant, le seul investissement capable d’assurer - par transfert dans l’immédiat-, la survie de la liaison ferroviaire Nîmes-Alès-Nîmes. A savoir, une ligne TER /TRAIN TRAM moderne et rapide au bénéfice de TOUS sur le bassin nîmo-alésien.

medium_DSCF2080.jpg


Quant au couloir ferroviaire entre le Pont de l’Observance et Saint-Cézaire, celui-ci pourrait, sans difficulté réellement majeure, être élargi en mettant, par exemple, à profit d’emprise inutile des talus actuels. Ce serait aussi l’occasion de faire disparaître le «triste spectacle » des arches fermées de bric et de broc tout au long du viaduc Talabot/Sergent Triaire.

Question de bonne volonté concertée entre l’Agglo de Nîmes, l’Etat, la Région, le Département, la SNCF/RFF et …bien évidemment les Gardois !

Commentaires

dimanche dernier, mon fils, étudiant à MONTPELLIER, décide de prendre le train de 15 h 10 pour rentrer sur MONTPELLLIER, les trains suivants étant changés en autobus. Arrivé à la gare d'ALES il s'aperçoit que finalement c'est un car qui assure le trajet ; il possède une carte 12/25 qu'il lui offre 50% de réduction ; or surprise, seul le trajet nimes/montpellier bénéficie des 50% le trajet alès/nimes en autobus n'offrant que 25%
Résultat :
- un trajet inconfortable en car (mon fils mesure 1,95 m)
- un trajet plus cher
- il est parti à 15 h au lieu de 17 h pour avoir le train, donc moins de temps chez lui
Trouvez vous que la SNCF joue le jeu ?
Moi même j'ai pris le train le 11/1/07 : 10 mn de retard à l'aller (ce qui est peu par rapport à d'habitude) 30 mn de retard au retour (commentaires à bord du train : on a de la chance qu'il ne soit pas supprimé comme d'habitude)
Monsieur le Député-Maire, pourriez vous intervenir auprès de la SNCF pour que les horaires et la desserte en train soit assurés, car à quoi sert d'envisager l'amélioration de la ligne de chemin de fer alès/nimes puisque que de plus en plus souvent le car remplace le train. La SNCF semble vouloir supprimer la ligne.

Écrit par : catherine audic | 23.01.2007

Les commentaires sont fermés.