Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21.01.2007

Geoges Frêche: "Dans quatre ans, nous nous regrouperons avec Alès et Nîmes pour former une collectivité d'un million d'habitants".

Nous apprécions que M. Georges FRECHE dise et redise :
« Dans quatre ans, nous nous regrouperons avec Alès et Nîmes pour former une collectivité d'un million d'habitants. Nous pourrons alors jouer à l'échelle mondiale. Je donne rendez-vous à Marseille et Toulouse. »

ou encore :
« Pour la région Languedoc-Roussillon depuis les élections victorieuses de 2004, ce projet est vital : Il s’agit d’équilibrer Toulouse et Marseille afin de pouvoir jouer à l’échelle mondiale. Dans mon esprit, cette communauté doit intégrer, à terme, Nîmes et Alès. »

Nous apprécions aussi ces grandes lignes du protocole de COOPÉRATION RENFORCÉ ENTRE NIMES MÉTROPOLE et GRAND ALÈS sur lesquelles Messieurs ROUSTAN et FOURNIER se sont accordés.

Pour nous ausi, il est vrai :

Que: « les enjeux ferroviaires constituent une priorité pour les deux Agglomérations qui soutiennent en particulier l’inscription au futur Contrat de Projet Etat-Région de la modernisation de la ligne ferroviaire Nîmes-Alès.(…) et notamment, son électrification et la création de la halte ferroviaire Hoche-Sernam».

Que: « l’évidence d’une meilleure utilisation de cette ligne ne peut plus être ignorée ».


Mais nous en sommes certains :

Il serait grand temps - avant qu'il ne soit trop tard - de tordre le coup à ce dogme archaïque selon lequel «l’avenir du bassin nîmo- alésien et celui de l’étoile ferroviaire nîmoise passent par la construction du viaduc de Courbessac …»

Quand les tenants de ce projet comprendront-ils que l’exploitation rationnelle du rebroussement de Courbessac et de solutions potentielles évidentes (le monde et les techniques évoluent !) permettraient à la fois :

- de raccourcir la durée du trajet entre Alès et Nîmes et surtout mettraient Alès en liaison TER directe et rapide avec la future gare Manduel/TGV

- de donner un sens et un avenir certain au train tram urbain et périurbain nîmois faisant tant sourire " ceux qui ont décidé une fois pour toutes que ce n'était pas la bonne solution.


Pourquoi vouloir à tout prix gaspiller 30 millions d’euros et perdre la chance de mener à bien un véritable projet cohérent et économique de « développement durable » dans l'intérêt général ? …

Quand acceptera-t-on de prendre le risque d'une remise en question de certitudes acquises d'un autre temps ?

Les commentaires sont fermés.