Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02.03.2007

Condamnés... Ecologiste... Déontologie...

Voici quelques mois (La GAZETTE de NÎMES n° 382), Monsieur François COMBOT au nom de l'Union des Comités de quartiers de Nîmes Métropole écrivait dans un article intitulé "Condamnés":

« L’abattage de 18 micocouliers sur l’avenue Jean Jaurès (…)
Il s’agit d’une atteinte au cadre de vie des Nîmois pour ce que représentent ces arbres et pour l’ombrage qu’ils procurent…


Accusés d'avoir inventé ces propos dans un but polémique, voici donc quelques précisions sur l'article en question



Impossible de ne pas réagir à pareil souci écologique affiché à l'égard de nos micocouliers (tout aussi respectables soient-ils) alors que, dans l'indifférence quasi générale, de graves atteintes à l'environnement, à la salubrité et à la sécurité publique se précisent en plein coeur de Nîmes : l'implantaion d'un centre de maintenance de plusieurs milliers de mètres carrés (avec lessiveuse, aire de détagage, chantier de nettoyage, etc ).

Pourtant, nous n'arrêtons pas de le dire: "Enclaver ces untés industrielles (sans espoir d'extension sérieuse) dans un quartier de ville au lieu de l'implanter à Pont de Justice/Grezan, par exemple, là où abondent d'immenses friches ferroviaires ... quel gachis d'argent public !"

Nous attendions mieux des écologistes !


Voici donc ce que, dans une note du 3 octobre 2006, nous écrivions:

Messieurs, vous vous trompez de guerre!

"Impossible pourtant d’ignorer qu’une vraie grave menace se précise sur TOUT un secteur en pleine ville de Nîmes (HOCHE SERNAM JEAN BOUIN et autres (RICHELIEU, VINCENT FAÏTA, Route d’UZES, etc.).

Impossible d’ignorer que 24h sur 24, un centre de maintenance des trains engendrera d’importantes nuisances visuelles, sonores et atmosphériques en sus d’une aggravation certaine du risque d’inondation.

Cette verrue de 700m de long sur 65 m de large va longer la rue Pitot jusqu’au parking Jules Verne et s’ajouter au futur viaduc obsolète, inutile et gaspilleur d’argent public … mais aussi générateur d’expropriations douloureuses (ce qui est bien autre chose que l’abattage de quelques arbres !).

Au faux prétexte de veiller à l’intérêt public, comment oser se réjouir et à tout le moins rester indifférent à pareille grave injure faite à notre Ville et feindre simultanément de "pleurer" sur l’abattage (si regrettable soit-il) de quelques arbres qui de toute façon seront remplacés et le lieu embelli ?

Quels sont les véritables objectifs poursuivis par l’Union des Comités de quartier ?

Pourquoi discréditer à ce point la défense de l’environnement par de telles manœuvres ?

Où sont les Nîmois qui veulent réellement faire l’effort de défendre leur ville et leur environnement, … où celui de leurs concitoyens ? Ce qui est un devoir parfaitement légitime lorsque la menace est sérieuse !"



medium_Union_des_CQ_Combot.4.jpg
Gazette de NÎMES, n° 383

Monsieur François COMBOT répondait alors (La Gazette de Nîmes n° 384):
medium_Deontologie_Combot.4.jpg


Nous n'avions alors pas pas jugé utile d'entamer une polémique qui pourrait être stérile ...

Par contre, nous sommes toujours prêts à expiquer nos positions et débattre sérieusement ...

Précisons enfin que nous ne roulons pour personne ...

Les commentaires sont fermés.