Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18.04.2008

Intermodalité et accessibilité routière ou ferroviiaire

Accessibilité • Autocars • Intermodalité • Nîmes • Pré- et post-acheminement • Qualité de services • TER • TGV • Transports collectifs


Pour un système intégré de pré- et post-acheminement des trafics ferroviaires grandes lignes

de Laurent CHAPELON, Benoît JOUVAUD, Sébastien RAMORA

UMR 6012 ESPACE CNRS-Université Montpellier III,
Maison de la Géographie, 17 rue Abbé de l’Épée,
34090 Montpellier


Résumé d'une étude objective qui a le mérite de poser de vrais problèmes - Autour de l'exemple nîmois

A consulter !

Face aux problèmes posés par l’usage croissant de l’automobile en ville, des solutions alternatives innovantes doivent être trouvées. Le développement des transports collectifs interurbains dans le cadre du pré- et post-acheminement des trafics ferroviaires grandes lignes, notamment TGV, en fait partie. Plus particulièrement, les services interurbains de transport par TER et autocars pourraient concurrencer efficacement la voiture sur de nombreuses relations vers et depuis les gares centrales. Or, nous montrerons, à l’aide de l’exemple nîmois, toute la difficulté d’un tel exercice.


"Plaidoyer pour une nouvelle logique d’organisation des services:"(Extrait)

"Actuellement à Nîmes, l’automobile est massivement utilisée pour se rendre à la gare. En l’absence d’étude spécifique sur la question, nos propres relevés, réalisés sur plusieurs jours et à différents moments de la journée, montrent la saturation du stationnement (gratuit) dans les zones résidentielles situées au sud de la gare dès le début de matinée, ce qui occasionne de nombreux conflits d’usage avec les riverains. Le parking souterrain de la gare de Nîmes (800 places) accueille entre 20 000 et 25 000 personnes par mois, ce qui représente près de 800 véhicules/jour (source: société gestionnaire du parc de stationnement). S’ajoute à cela la dépose minute, saturée à chaque départ et arrivée de TGV.

À l’heure où le système automobile atteint ses limites dans le centre des grandes agglomérations en raison des coûts externes qu’il engendre, des solutions doivent être trouvées pour rendre plus attractives les alternatives à la voiture.

Dans ce contexte, le rôle des transports collectifs est essentiel. Il devient de plus en plus urgent d’intégrer leurs services dans une logique d’organisation qui soit véritablement intermodale, c’est-à-dire basée sur des chaînes complètes de transport et non plus seulement sur des bouts de celles-ci"

Les commentaires sont fermés.