Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29.04.2008

Ou est la vérité ?

Comment connaître la vérité sur la réelle surcharge de l’artère littorale entre entre Nîmes-gare et Courbessac/Serre-paradis (Poste d’aiguillage n° 3) ?

I. Circulations voyageurs et fret

Pour justifier de ses options viaduc et maintenant de l’implantation du centre de maintenance au Sernam, pourquoi RFF et la SNCF assurent-ils que la voie2 (Montpellier–Tarascon) serait plus chargée que la voie 1 (Tarascon-Montpellier) ?

Il ressort en effet de données chiffrées produites par la SNCF/RFF que :

- La circulation totale annoncée sur la voie 1 (Tarascon –Sète) est de 124 trains du poste 3 (Courbessac) à Nîmes-voyageurs.

- La circulation totale annoncée sur la voie 2 (Sète -Tarascon ) n'est de 104 trains sur le tronçon identique mais reliant Nîmes-voyageurs au poste 3 (Courbessac)

C’est donc la voie1 qui est plus chargée que la Voie 2 ! Alors quelle est la vérité (justificatifs sérieux à l’appui) ?

II. Circulations de service

Pour ce qui est des sorties du Dépôt (55 +15) et du Centre de maintenance TER (??) il apparaît que:

- les engins à destination de Tarascon utilisent des voies dites de service (dont la V.104) jusqu’à Serre paradis/Courbessac (poste 3) - donc sans surcharge de l’artère littorale (voies V.1 et V.2).

- les engins à destination de Nîmes-voyageurs utilisent dans un premier temps des voies de service (dont la V.104) pour se rendre à Serre paradis/Courbessac (Poste 3) puis rebroussent chemin. C’est ainsi qu’après avoir coupé la voie principale Nîmes-Tarascon (Voie V.2) - tout comme actuellement les TER Alès-Nîmes ! – ils reviennent (sur 1 200 m) vers Nîmes-voyageurs par le seul itinéraire possible : l’autre voie principale Tarascon-Montpellier de l’artère littorale (voie V.1)

Quant aux entrées au Dépôt ( 55 +15) et au Centre de maintenance (??) :

- les circulations en provenance de Tarascon se font indépendamment de l’axe littoral par 2 voies de service dédiées à l’itinéraire Courbessac-Dépôt (dont la V.108)

- les circulations en provenance de Montpellier se font d’abord par l’artère littorale Montpellier-Tarascon (voie V.2 sur 950 m) jusqu’au du Pont de l’Observance (en bout du Bd Talabot) puis par une voie d’échange et de service dédiée à l’itinéraire Pont de l’Observance-Dépôt (voie V.104)

Pourquoi de telles circulations qui sont fortement "dévoreuses de sillons » (beaucoup plus que les circulations des TER Nîmes-Alès-Nîmes !) sont-elles sous-estimées voire " oubliées" par la SNCF/RFF ?

Pourtant, dans TOUS les cas de figure, une banalisation (circulation dans les 2 sens) de la VOIE d’échange V.104 puis d’un tronçon de 1 000 m d’artère littorale (voie V.2) entre le Pont de l’Observance et la gare Nîmes-voyageurs permettraient une réelle économie de sillons tant sur les circulations des TER Nîmes-Alès-Nîmes que sur les circulations de service avec le Dépôt et le Centre de maintenance !

Rappelons à ce propos que l’option viaduc nécessitera quant à elle la banalisation d’un tronçon de 950 m d’artère littorale (voie V.1) entre le Pont de l’Observance et la gare Nîmes-voyageurs (la plus chargée !) et une surcharge aggravée de ce goulet d’étranglement.

Pourquoi un tel démarquage de la réalité ?

- pour justifier l’implantation du Centre de maintenance à proximité de la gare de Nîmes-voyageurs ?

- pour justifier la construction du viaduc de Courbessac qui condamnera la solution alternative voie 104 satisfaisante pour tous ?

En tout cas nous persistons à penser que la solution Voie 104 permettrait :

- une consommation minimum de sillons par TOUS les TER Nîmes- Alès-Nîmes

- une diminution importante de la consommation de sillons par les engins en entrées et sorties du Dépôt ou du Centre de maintenance

- plusieurs points d’entrée et de sortie aux usagers de la ligne Nîmes-Alès-Nîmes (haltes-minutes et parkings relais) d’où un gain de temps de plusieurs minutes par rapport à la situation actuelle (de 3 à 10 minutes)

- Une liaison par train (…Tram) pour tous les Nîmois - automobilistes ou non - qui voudraient circuler aisément entre Nîmes–voyageurs et :

 Pont de l’Observance
 Jean Bouin/Route d’Avignon
 Serre-Paradis
 Pont de Justice,
 etc.

Sinon, que la SNCF et RFF, justificatifs à l’appui, démontrent le contraire en toute transparence !

S’ils avaient raison, nous serions prêts à le reconnaître !

21.04.2008

Qui a imposé la construction d'un centrede maintenance en pleine ville de Nîmes?

Qui a imposé que : "l'hôpital" des trains régionaux soit au coeur de la ville de Nîmes ?

Ce qu'en pensent les uns et les autres:

Lu sur Midi Libre du 17 avril 2008 :

à Jean BOUIN : "le gecko, certes, mais les habitants ?"

Un des archtectes concepteurs du projet Hoche-Sernam: "Pas de place pour cet équipement"


Lu sur Midi Libre du 20 avril 2008 :

"Le Frêche Express"

20.04.2008

Un avis objectif et sans parti pris

Sur la nécessité de développer la Zone Marguerittes Pont de Justice, Grezan, Manduel autour de l'étoile ferroviaire nîmoise, à deux pas des autoroutes et de, pourquoi pas, Nîmes Graons.

Pour un avis objectif et sans sans parti pris: www.towneo.com/ville/nimes.html

"Hormis sa localisation géographique qui peut apparaître comme des plus enviables (au carrefour des autoroutes et du réseau ferroviaire, au centre de l'arc méditerranéen au sud de la vallée du Rhône), Nîmes semble disposer, d'un argument supplémentaire pour attirer de nouveaux établissements sur des zones d'activité élargies (Grézan, Bouillargues et Mitra, notamment)"