Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07.11.2008

Electrification et modernisation annoncées de la voie ferrée Alès-Nîmes

L’association Nîmes-Alès emmenée par Jean-Paul FOURNIER et Max ROUSTAN envisage sérieusement de moderniser la liaison ferroviaire à partir d’Alès vers Nîmes : électrification, nouveaux arrêts, meilleur cadencement des trains, automatisation des postes d’aiguillage, …

Coût estimatif du projet : 18 millions d’euros

Il s’agit là, assurément, d’une vraie bonne nouvelle qui rend plus que jamais séduisante l’option Jean Bouin/voie 104 : une liaison ferroviaire électrique, cadencée, directe et rapide entre Alès et une future gare Manduel-TGV, voire même, au pire, … Montpellier-TGV

Pourquoi ? Voici pourquoi :

A l’évidence, cette gare, placée sur la ligne LVG du prochain contournement de Nîmes, desservirait directement en traction électrique l’arrière pays et notamment l’agglomération d’Alès ….

Elle pourrait, de ce fait, accueillir un nombre significatif de TGV, voire même, être desservie par quelques TGV en provenance d’Alès (même à vitesse relativement réduite) et un jour, peut-être … de Clermont Ferrand en direction de l’Espagne (sans passage obligé par Nîmes-Centre situé néanmoins à quelques encablures !),

Sans compter des correspondances TER directes entre Alès et Manduel-TGV (dont la construction serait plus que jamais justifiée), voire même, si besoin était, entre Alès et ... Montpelleier-TGV

Ce qui devrait faire réfléchir encore un peu plus nos stratèges institutionnels et surtout Monsieur Max ROUSTAN quant au handicap « viaduc de Courbessac » … pour agglo-Alès.

En effet, de toute évidence, ce viaduc, à voie unique, ne sera pas sérieusement électrifiable (sauf modification importante de sa structure et cela à un coût supplémentaire prohibitif)

De plus, sa construction imposera la suppression d’une longue portion d’une des 2 voies située entre le raccordement du viaduc (à hauteur du Pont de la Route d’Uzès) et le triage de Courbessac. Il ne permettra donc, en direct, qu’une liaison croupion entre Alès et Manduel-TGV et encore plus entre Alès et Montpellier TGV.


En fait le seul intérêt du viaduc s'il était construit (et coûterait largement plus de 30 millions d’euros) serait de rapprocher – théoriquement - de « 8 minutes » les liaisons sans arrêt entre Alès et Nîmes-centre. Et, par suite, obliger les Alésiens à accéder (en TER thermiques) aux rares TGV qui feraient un détour par Nimes-Centre (adieu Manduel-TGV ?) mais aussi...et surtout , leur faire gagner, illusoirement, quelques minutes pour correspondre avec Montpellier-TGV … (au centre du monde languedocien ?)



Les commentaires sont fermés.