Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18.11.2008

Le centre de l’étoile ferroviaire nîmoise

Etoile ferroviaire .jpgVoici un SCHÉMA concernant le projet de viaduc de Courbessac, produit et diffusé, tous azimuts, par RFF

Ce schéma est sensé présenter objectivement la réalité de la situation actuelle, sans viaduc (aujourd’hui) et de la situation avec le viaduc (demain)

Malheureusement ce document (ce n’est pas le seul) fournit des indications particulièrement « erronées »

En le consultant, il semblerait, en effet, que la bifurcation des circulations vers Tarascon et la Rive Droite du Rhône se feraient avant le triage de Courbessac (ce qui est faux ! )

Voici donc ce document revu, rectifié et commenté (EN ROUGE)

Maps.jpg
Ainsi donc, n’en déplaise à ceux qui veulent aveuglément croire "sur parole" tout ce que RFF et certains décideurs institutionnels leur ont annoncé, le centre de l’étoile ferroviaire nîmoise se trouve bien au triage de Courbessac/Pont de Justice

Décidément, le viaduc de Courbessac ne se vendrait-il qu’à coups de « non dits », voire de «faux dits » ?

Autre exemple ? Rappelons que contrairement aux affirmations et écrits de M. DUBOST, précédent Directeur Régional de RFF ( sur la base de documents réalisés par RFF), le viaduc dit Courbessac se construira à Jean Bouin et non pas à Courbessac.

17.11.2008

Veut-on réellement exploiter l’étoile ferroviaire nîmoise ?


CONSTAT:

1° Une densification spectaculaire de l’habitat entre Nîmes et Alès, tout comme, par exemple aussi, entre Nîmes et Remoulins,

2° Un accroissement considérable des encombrements automobiles et de la pollution en approche de la gare de Nîmes-Feuchères

3° d’indéniables difficultés de stationnement autour de la gare

4° des durées et des coûts de déplacements peu satisfaisants en intramuros et en périphérie de Nîmes


Maps.jpgOr, DANS SA CONFIGURATION ACTUELLE, LA LIGNE FERROVIAIRE NÎMES-ALÈS-NÎMES PRÉSENTE UNE RÉELLE OPPORTUNITÉ avec l’option ferroviaire Jean Bouin/voie 104

Il s’agirait d’utiliser pleinement (outre une autre voie désaffectée) une voie de service existante, dite voie 104 (qui longe l’artère littorale dans une zone cruciale de Nîmes) et d’exploiter enfin le point de rebroussement dit de Courbessac, pour organiser, "en étoile", les allers-retours domicile-travail /études et, plus généralement, les déplacements entre périphérie et centre-ville de Nîmes

Ce qui permettrait (mais encore faudrait-il que la volonté politique cède enfin le pas à la raison technologique et au véritable intérêt des GARDOIS en ne leur cachant pas la vérité)


1° Optimiser sérieusement, en accessibilité, et donc en durées de trajets (tous vecteurs de déplacement compris), l’actuelle liaison ferroviaire Nîmes-Alès-Nîmes qui deviendrait l’artère porteuse de l’étoile ferroviaire nîmoise dont le centre nerveux serait une gare avec parking relais au point de rebroussement dit de Courbessac

Désenclaver un vaste secteur urbain nîmois en créant de très précieuses haltes minutes, avec parkings relais dans des quartiers de ville situés le long de la voie ferrée Nîmes –Alès – Nîmes.

3° En profiter pour désengorger la route de Courbessac grâce à une traverse routière (de 350 m environ -entre les points A et B du plan ci-joint) du périphérique (Carrefour du Pont de Justice) à la Montée des Alpins (point de rebroussement de Courbessac)


Economiser de nombreux sillons actuellement gaspillés par les circulations de service à partir du dépôt ainsi que maintenant du centre de maintenance. Et, par suite, décongestionner vraiment le goulet d’étrangement nîmois de l’artère ferroviaire littorale

5° Enfin, rendre séduisante, non seulement, une liaison ferroviaire électrifiée, cadencée et rapide avec plusieurs points d’entrée/sortie entre les agglomérations d’Alès et Nîmes, mais aussi, une liaison électrifiée directe entre Alès et une future gare Manduel-TGV *, sans passage obligé par Nîmes-Feuchères mais aussi … une liaison tram-train entre Nîmes-Feuchères et Manduel-TGV passant par Nîmes-Justices Vieilles


Ce que nous attendons …

Pas forcément que l’on partage notre conviction, mais, qu’au moins, dans le souci de l’intérêt général, on nous aide à obtenir que les pouvoirs publics mènent, enfin, en toute clarté :

1° une expertise sur la meilleure exploitation possible de la ligne ferroviaire Nîmes-Alès,

2° un sondage sur l’accueil qui serait réservé à la mise en place de l’option ferroviaire Jean Bouin/ voie 104 avec gare TER/tram-train au point de rebroussement dit de Courbessac

3° une étude prospective sur la fréquentation potentielle des liaisons rapides, directes et électrifiées : Agglo-Nîmes/ Manduel-TGV d’une part, et, Agglo-Alès/Manduel-TGV d’autre part, le tout articulé principalement autour de Nîmes-Justices Vieilles.


* Une électrification du viaduc serait particulièrement peu réaliste compte tenu des modifications importantes qu'il faudrait apporter au projet existant et par suite l'augmentation excessive de son coût ...

Et si cela était, les Alésiens seront définitivement obligés (quel bonheur pour eux !) de passer par Nîmes-Feuchères pour accéder aux quelques rares TGV (tortillards ?) qui y seraient déviés (à partir la LGV de contournement) mais surtout aussi pour rejoindre MONTPELLIER-TGV
C'est justement ce que souhaitent (sans le dire) depuis "toujours" RFF et les Présidents du Conseil Régional (Messieurs BLANC et FRÊCHE) -

07.11.2008

Electrification et modernisation annoncées de la voie ferrée Alès-Nîmes

L’association Nîmes-Alès emmenée par Jean-Paul FOURNIER et Max ROUSTAN envisage sérieusement de moderniser la liaison ferroviaire à partir d’Alès vers Nîmes : électrification, nouveaux arrêts, meilleur cadencement des trains, automatisation des postes d’aiguillage, …

Coût estimatif du projet : 18 millions d’euros

Il s’agit là, assurément, d’une vraie bonne nouvelle qui rend plus que jamais séduisante l’option Jean Bouin/voie 104 : une liaison ferroviaire électrique, cadencée, directe et rapide entre Alès et une future gare Manduel-TGV, voire même, au pire, … Montpellier-TGV

Pourquoi ? Voici pourquoi :

A l’évidence, cette gare, placée sur la ligne LVG du prochain contournement de Nîmes, desservirait directement en traction électrique l’arrière pays et notamment l’agglomération d’Alès ….

Elle pourrait, de ce fait, accueillir un nombre significatif de TGV, voire même, être desservie par quelques TGV en provenance d’Alès (même à vitesse relativement réduite) et un jour, peut-être … de Clermont Ferrand en direction de l’Espagne (sans passage obligé par Nîmes-Centre situé néanmoins à quelques encablures !),

Sans compter des correspondances TER directes entre Alès et Manduel-TGV (dont la construction serait plus que jamais justifiée), voire même, si besoin était, entre Alès et ... Montpelleier-TGV

Ce qui devrait faire réfléchir encore un peu plus nos stratèges institutionnels et surtout Monsieur Max ROUSTAN quant au handicap « viaduc de Courbessac » … pour agglo-Alès.

En effet, de toute évidence, ce viaduc, à voie unique, ne sera pas sérieusement électrifiable (sauf modification importante de sa structure et cela à un coût supplémentaire prohibitif)

De plus, sa construction imposera la suppression d’une longue portion d’une des 2 voies située entre le raccordement du viaduc (à hauteur du Pont de la Route d’Uzès) et le triage de Courbessac. Il ne permettra donc, en direct, qu’une liaison croupion entre Alès et Manduel-TGV et encore plus entre Alès et Montpellier TGV.


En fait le seul intérêt du viaduc s'il était construit (et coûterait largement plus de 30 millions d’euros) serait de rapprocher – théoriquement - de « 8 minutes » les liaisons sans arrêt entre Alès et Nîmes-centre. Et, par suite, obliger les Alésiens à accéder (en TER thermiques) aux rares TGV qui feraient un détour par Nimes-Centre (adieu Manduel-TGV ?) mais aussi...et surtout , leur faire gagner, illusoirement, quelques minutes pour correspondre avec Montpellier-TGV … (au centre du monde languedocien ?)