Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23.06.2009

Question n° 1947 - Débat public - Ligne nouvelle Montpellier Perpignan

 

Rubrique "Interrogation sur les études et les données de base "
(Débat public - Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan)

Notre question n°1947 du 14/05/2009

L’étude complémentaire (n° 1) " de localisation et de définition de la gare TGV dans l’agglomération de Nîmes "(pages 12 et 13) ne comptabilise, restrictivement et nominativement, que les populations de certaines villes (pas toutes), pour annoncer que le bassin de vie nîmois ne représenterait que 320 000 habitants au lieu des 600 000 réellement existants…

Autrement dit, l’équivalent du bassin de vie montpelliérain, pour lequel la comptabilisation s’est faite en englobant, cette fois, les populations de toutes les agglomérations « du grand Montpellier »Voir Étude complémentaire (n° 2) "de localisation et de définition de la gare TGV dans l’agglomération de Montpellier" - page 5 et 6)

Pourquoi une telle différence dans le traitement de l’information ?

Réponse de RFF, Maître d'ouvrage

"L’étude complémentaire n°1 fait référence à la population dans l’aire de vie nîmoise prise en considération pour l’étude. Aux pages 12 et 13, c’est la population à l’horizon 2005 qui est présentée sur la base de sources INSEE.

Ce périmètre dépasse le cadre de la Communauté d’Agglomération de Nîmes qui compte près de 225000 habitants en 2005 et il est proche du périmètre du SCOT Sud Gard comprenant 79 communes et près de 340000 habitants en 2004, soit plus que la moitié de la population du département du Gard qui compte près de 680000 habitants. Difficile dans ces conditions d’estimer le bassin de vie nîmois à près de 90% de celle du département du Gard.

Il n’y a aucune volonté de traiter différemment les périmètres des aires de vie de Montpellier et de Nîmes, mais bien une méthodologie cohérente entre les deux études."

 

Notre commentaire

Suite à la réponse apportée par RFF à notre question n° 1947, comment peut-on parler de méthodologie cohérente entre les études portant respectivement  sur la localisation et la  définition de la gare TGV de l'agglomération de Nîmes (étude n°1) et de Montpellier  (étude n°2)? Alors que :

Pour MONTPELLIER, (étude n°2 page 9) l'évaluation des 600 000 habitants attribués à son aire d'attraction s'est faite sur la base des populations des AGGLOMERATIONS (extrapolation à 2005 de données datant de ... 1999): Montpellier-Agglo 390 740, Sète-Agglo 100 230, Lunel-Agglo 42 000, Etang de l'Or-Agglo 35 000 (étude n°2, page 6)

Pour NÎMES (Serait-ce ... par erreur ?) l'évaluation des 320 000 habitants (Etude n° 1, page 12) attribués à son aire d'attraction s'est faite, bien curieusement, sur la base (étude n°1, page 13) des seules populations des VILLES (données datant cette fois de 2005) : Nîmes-ville 144 000  Arles-ville 52 400, Lunel-ville 23 900, Alès-ville 40 000, etc.

 

 


Les commentaires sont fermés.