Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24.06.2009

Sur les questions 1948, 1956 et 1963 - Débat Public

Dans ses réponses aux questions 19481956 et 1963,  RFF sous entend qu'il n'y aura aucune gare TGV nouvelle dans l'agglomération de Nîmes et, en tout cas, que pendant des dizaines d'années,  aucune liaison directe ne sera établie entre Alès et le CNM à Manduel (mais que celle-ci pourrait ...être un  jour... si nécessaire être établie malgré la déstructuration programmée des voie actuelles aboutissant au triage de Courbessac).

Evoquant la très « hypothétique Manduel TGV » et ne prévoyant, en tout état de cause, aucune liaison directe pendant plusieurs décennies, entre Alès et le contournement de Nîmes, pourquoi RFF entretient-il l'idée d'une gare, miroir aux alouettes « à l'ouest de Nîmes » (Campagnolles), car « bénéficiant elle pleinement de l'existence du viaduc » ?

Pourquoi au prétexte « d'éviter des investissements aujourd'hui inutiles », est-il toujours prévu (depuis 1995, bien avant la DUP CNM) sur la ligne Alès-Nîmes-Alès (via le triage de Courbessac), de déposer sur plusieurs centaines de mètres deux voies existantes pour les remplacer par une « nouvelle » voie et une simple aiguille de connexion (sans aucune gestion automatisée) ? Ne cherche-t-on  pas, stupidement, à drainer systématiquement, grâce au très politique « viaduc Jean Bouin», tous les voyageurs TGV potentiels gardois, vers Nîmes-Feuchères plutôt que directement vers le futur contournement de Nîmes à Manduel ?

En vérité, ce viaduc (qui était envisageable lorsque qu'une gare TGV unique était prévue à Montpellier Saint Roch) ne l'est plus du tout du tout maintenant ... Quand nos politiques - et tout particulièrement Monsieur ROUSTAN député-maire d'Alès l'admettront-ils ? 

En tout cas,  qui peut sérieusement croire à la cohérence et (à la clarté) de ce raisonnement de RFF qui consiste à soutenir (pour faire plaisir aux politiques) que  « d'un point de vue économique, le simple fait d'éluder aujourd'hui une partie de l'investissement [quel investissement ?] rend d'ailleurs très probablement l'opération globalement rentable » ?

En quoi serait-il si « rentable » de détruire deux voies circulées actuellement par les TER Nîmes Alès-Nîmes pour en reconstituer une seule (en milieu de plateforme) ? Ce qui, de toute évidence, outre le coût, aussi minime serait-il, induirait de très sérieux problèmes pour poser "éventuellement" une seconde voie  ... un jour ... peut-être.

Pourquoi faire miroiter que  dans les prochains mois, il pourrait advenir  «qu' à l'issue du Débat Public, Réseau Ferré de France (RFF) retienne la création à l'horizon 2020 d'une gare à Manduel » ? Autrement dit, il y aurait de quoi remettre en cause la pertinence du viaduc voire,  à tout le moins, la prtinence d'un maintien des voies actuelelles. Or, si tout n'était pas  joué d'avance, pourquoi donc se presse-t-on  à vouloir coûte que coûte lancer au plus vite, la construction du viaduc de Courbessac et destructurer ce qui existe? 

 

23.06.2009

Question n° 1947 - Débat public - Ligne nouvelle Montpellier Perpignan

 

Rubrique "Interrogation sur les études et les données de base "
(Débat public - Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan)

Notre question n°1947 du 14/05/2009

L’étude complémentaire (n° 1) " de localisation et de définition de la gare TGV dans l’agglomération de Nîmes "(pages 12 et 13) ne comptabilise, restrictivement et nominativement, que les populations de certaines villes (pas toutes), pour annoncer que le bassin de vie nîmois ne représenterait que 320 000 habitants au lieu des 600 000 réellement existants…

Autrement dit, l’équivalent du bassin de vie montpelliérain, pour lequel la comptabilisation s’est faite en englobant, cette fois, les populations de toutes les agglomérations « du grand Montpellier »Voir Étude complémentaire (n° 2) "de localisation et de définition de la gare TGV dans l’agglomération de Montpellier" - page 5 et 6)

Pourquoi une telle différence dans le traitement de l’information ?

Réponse de RFF, Maître d'ouvrage

"L’étude complémentaire n°1 fait référence à la population dans l’aire de vie nîmoise prise en considération pour l’étude. Aux pages 12 et 13, c’est la population à l’horizon 2005 qui est présentée sur la base de sources INSEE.

Ce périmètre dépasse le cadre de la Communauté d’Agglomération de Nîmes qui compte près de 225000 habitants en 2005 et il est proche du périmètre du SCOT Sud Gard comprenant 79 communes et près de 340000 habitants en 2004, soit plus que la moitié de la population du département du Gard qui compte près de 680000 habitants. Difficile dans ces conditions d’estimer le bassin de vie nîmois à près de 90% de celle du département du Gard.

Il n’y a aucune volonté de traiter différemment les périmètres des aires de vie de Montpellier et de Nîmes, mais bien une méthodologie cohérente entre les deux études."

 

Notre commentaire

Suite à la réponse apportée par RFF à notre question n° 1947, comment peut-on parler de méthodologie cohérente entre les études portant respectivement  sur la localisation et la  définition de la gare TGV de l'agglomération de Nîmes (étude n°1) et de Montpellier  (étude n°2)? Alors que :

Pour MONTPELLIER, (étude n°2 page 9) l'évaluation des 600 000 habitants attribués à son aire d'attraction s'est faite sur la base des populations des AGGLOMERATIONS (extrapolation à 2005 de données datant de ... 1999): Montpellier-Agglo 390 740, Sète-Agglo 100 230, Lunel-Agglo 42 000, Etang de l'Or-Agglo 35 000 (étude n°2, page 6)

Pour NÎMES (Serait-ce ... par erreur ?) l'évaluation des 320 000 habitants (Etude n° 1, page 12) attribués à son aire d'attraction s'est faite, bien curieusement, sur la base (étude n°1, page 13) des seules populations des VILLES (données datant cette fois de 2005) : Nîmes-ville 144 000  Arles-ville 52 400, Lunel-ville 23 900, Alès-ville 40 000, etc.

 

 


19.06.2009

Cahier d'acteur de Nîmes Action - Débat Ligne nouvelle Nîmes Montpellier Perpignan

Cahier d'acteur page1.jpg

 

Quelques vérités soigneusement occultées par les décideurs publics

Il faudrait enfin admettre que:

- les gares centrales de Montpellier Saint Roch et par suite de Nîmes Feuchères en raison de  "contraintes techniques" ne pourront être desservies que par 26 TGV

- une centaine de TGV circuleront sur le CNM et desserviront exclusivement Montpellier Odysseum ( la seule future gare TGV de la Région )

- les Alésiens seront très lourdement pénalisés par la contruction du viaduc de Courbessac qui les privera d'un accès direct et rapide au contournement de Nîmes et Montpellier (rebroussement et correspondances stupides à Nîmes Feuchères: ... puis TRAMWAY pour passer de Montpellier Saint Roch à la future gare de Montpellier Odysseum - Ou encore rebroussement et correspondances, encore plus stupides, à Nîmes Feuchères pour aller et venir de Paris, Arles ou Marseille)

- En vérité et de manière totalement incohérente, aucune construction de gare TGV n'est programmée (où que ce soit) sur le site d'Agglo Nîmes avant ... des décénies et des décénies. En attendant les Gardois ne devront  compter qu'avec la gare TGV de Montpellier Odysseum et son complexe économique géant ... accesible - en tout état de cause -  de Nîmes Feuchères que par un passage obligé par Montpellier Saint Roch puis une correspondance Tramway d'au moins une demi-heure ...

Et tout cela dans une indifférence quasi générale !!!!

A lire, dans ce sens le Cahier d'acteur publié par la commission du débat public