Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08.12.2009

S’ils disaient la vérité sur le viaduc Jean Bouin et la gare de Manduel !

Il est inconcevable que nombre de politiques locaux, voire régionaux se laissent endormir par les raisonnements tronqués "gabegiques" et incohérents émanant notamment des tenants du Conseil Régional du Languedoc Roussillon et du Conseil Général du GARD (ce dernier notamment par la voix de Monsieur Jean DENAT, Conseiller Général du Canton de VAUVERT, Vice-Président du Conseil Général du Gard, - article Midi Libre du 28 novembre 2009)

S'il était sérieux, ce conseiller général de VAUVERT au nom du Conseil Général du GARD et en quelque sorte de la Région Languedoc Roussillon, ne continuerait pas à s'arcbouter, au mépris du véritable intérêt général, sur une illusoire gare TGV nîmoise à Nîmes Feuchères par laquelle seraient déviés (leur rêve ne sera pas réalité) un grand nombre (??) de TGV.

Et cela, dans ce seul but inavoué : imposer du côté de VAUVERT un projet miroir aux alouettes. A savoir, créer un raccordement entre Nîmes centre et le CNM via Saint Césaire et l'actuelle voie ferrée menant à VAUVERT (site des Campagnoles). Il s'agirait en effet de deux voies électrifiées sur cette portion de ligne ferroviaire pour un coût estimé, au bas mot, à 180 M€ [1]. Et en conséquence, se réjouir, en dépit de tout bon sens, de la construction - désormais - inutile du viaduc de Courbessac (pour presque 100 millions d'euros au nez et à la barbes de beaucoup d'élus et à fortiori des contribuables). Un viaduc dont l'objectif essentiel consiste en vérité à drainer obligatoirement les Cévenols vers Nîmes Feuchères puis ... Campagnoles.

Soit un total délirant - mais soigneusement dissimulé - d'au moins 300 millions d'euros !

Etant précisé que cette estimation ne comprend pas le coût du doublement de voie (très difficilement réalisable) à hauteur de Saint Césaire, un secteur urbain aux contraintes complexes (modifications impératives des installations pour réduire le parcours à contresens sur la voie 1). Sans compter la traversée de la Costière de Nîmes (zone inondable + zone NATURA 2000 + un passage délicat sous l'autoroute A9 + un passage à niveau sur une 2x2 voies, etc. » [1]. Ce qui a été relevé dans le cahier d'acteur publié par Nîmes Action lors du débat public sur la ligne nouvelle Nîmes Montpellier Perpignan [5]

S'ils étaient véritablement sérieux et soucieux de l'intérêt général, la Région et le Conseil Général du GARD ne s'obstineraient pas à ignorer l'existence de voies (dont certaines sont désaffectées) autour du triage de Courbessac lequel complèterait pourtant parfaitement de futures infrastructures directement liées au contournement de Nîmes (avec gare Manduel TGV/TER)

S'ils étaient véritablement sérieux et soucieux de l'intérêt général, la Région et le Conseil Général du GARD ne devraient pas craindre de remettre en question leur position figée depuis si longtemps, alors que l'exploitation cohérente du contournement de Nîmes nécessitera une exploitation rationnelle du triage de Courbessac. Un triage dont l'exploitation devient malheureusement insignifiante (disparition du triage de fret) alors même qu'il pourrait devenir, à peu de frais, l'atout majeur d'un multipôle Nîmes Feuchères /Manduel TGV-TER. Tout comme le prévoyait d'ailleurs, en lieu et place du viaduc, un scénario de RFF.

S'ils étaient véritablement sérieux la Région et le Conseil Général du GARD auraient dû exiger que des études soient enfin menées afin de  mesurer, à la lumière du temps présent, la pertinence du viaduc de Courbessac. Un ouvrage, en tout cas, désormais plus qu'obsolète et tout particulièrement insidieusement ruineux : 97 militions d'euros au lieu de 20 millions d'euros (montant initial actualisé aux conditions économiques de 2009)

S'ils disaient la vérité la Région et le Conseil Général du GARD ne devraient  pas manquer de préciser que pour 2020, les dessertes prévues par la SNCF/RFF sont les suivantes [2]

NÎMES

-  82 GL /126 GL ( 56  arrêts en gare de Manduel TGV/TER et 26 arrêts en gare de Nîmes Feuchères)

-  84 TER sur la ligne classique

- 172 circulations de FRET sur le CNM

- 16 circulations de FRET sur la ligne classique

MONTPELLIER

- 126 GL /126 GL ( 100 arrêts en gare de Montpellier Odysseum et 26 en gare de Montpellier Saint Roch

- 90 TER

- 172 circulations de FRET sur le CNM

- 16 circulations de FRET sur la ligne classique

S'ils disaient la vérité, la Région et le Conseil Général du GARD expliqueraient aux Alésiens que selon l'étude menée par RFF [3] concernant notamment la gare de Manduel, TOUS les voyageurs TER Origine/destination Alès seront obligatoirement drainés par le viaduc vers Nîmes Feuchères pour y prendre une correspondance vers Manduel TGV/TER, soit en direction de PARIS  ou MARSEILLE, soit  en direction de MONTPELLIER ODYSSEUM et au-delà.  Et dans tous ces cas de figures perdre au moins 15 minutes de trajet.

S'ils disaient la vérité, la Région et le Conseil Général du GARD expliqueraient aux voyageurs TER Origine/destination Alès que s'ils choisissaient de passer par Montpellier Saint Roch pour rejoindre MONTPELLIER TGV ODYSSEUM, ceux-ci devront le faire en tramway ! Et dans tous les cas allongeraient d'une heure leur durée de trajet.

S'ils disaient la vérité, la Région et le Conseil Général du GARD expliqueraient aux Gardois que Montpellier Saint Roch ne sera jamais la gare TGV de plein exercice dont rêve Monsieur Georges FRECHE (sauf à un prix exorbitant et de graves atteintes à l'environnement). Et qu'en 2020, cette gare ne pourra jamais être desservie que par 26 à 34 GL (deux sens confondus), tous les autres (une centaine) desservant Montpellier Odysseum [4]

S'ils disaient la vérité, la Région et le Conseil Général du GARD expliqueraient que pour des raisons techniques et de réduction de coût, la construction du viaduc de Courbessac prévoit la destruction sur plusieurs centaines de mètres de l'une des voies actuelles menant directement d'Alès à Manduel via le triage de Courbessac. Et que l'autre voie, en milieu de plate-forme, faute d'aménagements adéquats, ne sera dédiée qu'à un seul train de fret (de nuit) et, en tout cas, dépourvue de tout système de gestion du trafic ... Sauf au prix d'appareils de voies supplémentaires et d'une augmentation irréaliste du nombre de TER. Des TER différents seraient en effet forcés de relier séparément, d'une part, Alès à Nîmes-Feuchères - par le viaduc - et, d'autre part, Alès à Manduel TGV (par le triage de Courbessac). D'où une multiplication inconsidérée du nombre de TER  nécessaires et des circulations tout à fait inutiles.

S'ils disaient la vérité, la Région et le Conseil Général du GARD expliqueraient que les progrès technologiques (TER bidirectionnels par exemple)  conjugués à un réaménagement informatisé des circulations et à une utilisation logique des voies existantes, permettraient (sans viaduc) d'obtenir des gains de temps appréciables (au moins 5 minutes) tout en exploitant enfin rationnellement, dans  l'intérêt général, le triage de Courbessac et ses friches attenantes tout à proximité des voies d'accès routières et autoroutières.

S'ils disaient la vérité, la Région et le Conseil Général du GARD reconnaitraient que, de manière particulièrement absurde, le viaduc de Courbessac privera les Gardois (Nîmois et Alésiens notamment) d'une succession de précieux arrêts-minutes avec parkings relais stratégiques ainsi que de trajets multidirectionnels (Marguerittes, Arles, Avignon )autour d'un pôle d'échange multimodal au triage de Courbessac.

Et qu'ainsi la fréquentation des TER Nîmes Alès Nîmes continuera donc d'être malheureusement limitée qu'aux seuls voyageurs qui trouveront  intérêt à n'accéder - en gagnant illusoirement quelques minutes - qu'au centre-ville de Nîmes, à l'exclusion de tous ceux qui, souhaitant pouvoir s'arrêter ailleurs, continueront de préférer leur voiture pour se rendre (à partir d'Alès par exemple) dans les quartiers périphériques et centres commerciaux de Nîmes, la gare TGV de Manduel, voire celle de Montpellier Odyseum.

 

(1)   Etude complémentaire - Raccordement entre le CNM et la ligne classique Tarascon/Sète via la ligne du Grau-du-Roi

http://www.debatpublic-lnmp.org/docs/etudes-complementair...

 

(2)   Dossier du Maître d'ouvrage, page 87, tableau « Desserte des agglomérations »

http://www.debatpublic-lnmp.org/docs/dossier-mo/RFF_LNMP_...

 

(3)   Etude de localisation et de définition de la localisation de la gare TGV de l'agglomération de Nîmes (tableaux, pages 41,50) http://www.debatpublic-lnmp.org/docs/etudes-complementair...

 

(4) Débat public Questions/Réponses de RFF - Par exemple, Question n°1396 du 26/03/2009. « Cette ligne signifiera-t-elle la disparition des TGV en gare de Montpellier ? »

http://www.debatpublic-lnmp.org/participer/questions-repo...