Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19.03.2010

Un fait divers qui en dit bien long …

 

Un fait divers qui se veut « sybillin »,  rapporté par Midi Libre le 18 mars 2010

Gasoil dans le cadereau d'Uzès .jpg

 

 

 

 

 

 

 

Un  fait divers qui  en dit bien long ...  sur les atteintes sournoises à la sécurité et à la salubrité publique ... et sur le respect accordé aux citoyens lambda

1°Peut-on vraiment  qualifier de  « légère » une « pollution dans le cadereau d'Uzès  qui s'est propagée dans le Vistre » ?

2° Si elle avait été si légère, pourquoi les pompiers ont-ils été obligés d'installer « un barrage flottant et utiliser des produits dispersants »?

3° Quelle est la véritable raison de ce débordement de gasoil  qualifié de simple « débord » provenant  « d'un ancien réseau [lequel ?] situé à la hauteur de la gare de triage SNCF»?

4°Où se situe l'endroit précis du déversement initial  ?

5° Qui donc s'autorise à utiliser cet  ancien réseau d'évacuation des eaux pluviales pour larguer des fonds de cuve gasoil ?

5° Depuis combien de temps * ce type de déversement clandestin  se produit-il ?

Etc.

Cadereaux 1.jpgUne telle situation s'avère d'autant plus préoccupante que la construction (toujours contestée) du centre de maintenance des TER en extension des installations existantes du dépôt SNCF Semard (avec station de gasoil) au dessus du passage souterrain du « cadereau d'uzès » pose problème depuis plusieurs années. Mais qui s'en inquiète ?

C'est ainsi qu'un compte-rendu d'une réunion SAUR/SNCF du 7 juin 2006 observait  déjà clairement :

* « La SAUR a fait remarquer que le Cadereau d'Uzès est en mauvais état (réseau fissuré et éboulé) et saturé en hydrocarbures.

A cet avertissement de la SAUR s'ajoutaient  des  réserves émises par la DDE en mai 2005, en ces termes : « Nous avions indiqué qu'il semblait difficile [sic] de s'opposer à ce projet [...] dans cette zone d'aléa fort situé en plein secteur urbain de Nîmes » et même un extrait du rapport national intitulé : Retour d'expériences des crues de septembre 2002, suivant lequel :

« Les voies ferrées dans Nîmes ont été submergées en particulier à la « gare de marchandises. La transparence des voies y pose des questions » (PJ 16).

Sans parler de la « machine à laver les trains » construite sur le même site sans aucun respect de la législation et encore moins de l'environnement. Nous y reviendrons ...

Si le lien avec les installations SNCF était établi, cela expliquerrait - en partie-  pourquoi cet  ensemble industriel n'a jamais fait l'objet d'une enquête publique en vue d'une éventuelle régularisation au titre des installation classées pour l'environnement (ICPE) !

 

10:43 Publié dans Ecologie ? | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.