Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26.03.2009

Max ROUSTAN, député-maire d'ALES

Au sujet de la voie ferrée Nîmes-Alès-Nîmes, quelqu'un disait: Les carottes ne sont pas tout à fait cuites" ...
Ajoutons: "Il serait grand temps qu'elles soient cuisinées autrement et, surtout pas, pas en catimini et/ou laissez aller, avec une sauce très largement périmée " ...


Parmi les TOUS les courriers, courriels, sollicitations et dossiers, adressés à de très nombreux décideurs, élus gardois et limitrophes restés sans aucune réponse ...

Voici quelques extraits du n-ième courrier adressé à Monsieur Max ROUSTAN, député-maire d'ALES (le 13 mars 2009) et toujours sans aucune réponse.

Objet : Demande urgente d’entretien

"Nous savons la part déterminante que vous avez prise pour obtenir la construction du viaduc de Courbessac qui se justifiait tout à fait, il y a encore une quinzaine d’années. Projet auquel, à Nîmes Action, nous avions aussi adhéré jusqu’en 2005, date de la DUP contournement Nîmes et Montpellier.

Ce qui était tout à fait compréhensible en 1994/95 ne le sera bientôt plus du tout. En effet, à cette époque, tous les trains, y compris les TGV - de plus en plus nombreux – n’avaient pas d’autre choix que de circuler sur l’artère historique Tarascon-Sète et donc de passer par Nîmes-centre et Montpellier-centre.

Le contournement de Nîmes conjugué au Bipôle Nîmes Serre Paradis-Pont de Justice/Manduel (ou Garons) TGV forment, ensemble, une problématique d’envergure essentielle pour l’avenir de Nîmes et du Gard et sans aucun doute pour votre ville.


Ce viaduc ... signera la satellisation inéluctable de Nîmes et Alès à Montpellier. Par exemple, obligation pour les Nîmois et cévenols, de se contenter des quelques rares TGV - lents - qui continueront de desservir Nîmes par la ligne historique. Ce qui, du même coup, militera pour l’inutilité d’une gare TGV aux abords de Nîmes... [A la satisfaction des qui ?]

Donnez-nous une chance d’essayer de faire valoir que l’intérêt d’Alès et de Nîmes n’est plus un viaduc à Courbessac mais un Bipôle Nîmes-serre Paradis/Manduel (ou Garons) TGV>. "

Ne nous décourageons pas! Sait-on jamais ...

25.03.2009

Les oubliés du rail: Arles,Beaucaire, Tarascon, etc.

Carte DUP .jpg
Tout est fait pour obliger les Alésiens et Cévenols à passer par Nîmes Feuchères pour rejoindre Montpellier TGV par la ligne historique et priver une éventuelle gare Manduel (ou Garons) TGV d’un réel intérêt.

Du même coup, Arles, Beaucaire, Tarsacon, etc ont de quoi s’inquiéter.

Et pour cause, les Arlésiens ne sont-ils pas - par la route et le rail - qu’à une vingtaine de minutes de Nîmes (encore plus près de Manduel ou Garons) et au minimum à 1 heure d’AIX TGV par la route, voire 1 heure 30 par le rail ?


En 1995, la DUP viaduc avait déjà TOTALEMENT ignoré ARLES (voir la carte annexée au projet , page 45) – qui va même jusqu’à ignorer … l’existence de la liaison ferroviaire Nîmes-Arles).

Aussi, Monsieur Hervé Schiavetti, maire d’Arles, qui semble s’inquieter de l’évolution de la situation aurait bien raison de demander des comptes. Sachant que les infrastructures ferroviaires ne s’arrêtant pas aux frontières … du département du Gard !

Sans gare Manduel-TGV - Où donc les Arlésiens, Beaucairois et autres iront-ils prendre le TGV ? Toujours à Nîmes où quelques uns - beaucoup plus lents - (3 ou 4 au maximum) y seront déviés par l'artère actuelle ? Ou alors à Montpellier - TGV ?

24.03.2009

A qui profitera-t-il ?

QUI se décidera enfin à ouvrir les yeux et appuyer auprès de Monsieur Jean Louis BORLOO, notre recours gracieux en vue d'une suspension immédiate du projet de construction du viaduc de Courbessac (Nîmes) compte tenu de modifications substantielles des infrastructures ferroviaires nîmoises ?

Quand nos décideurs deviendront-ils sérieux avec l'argent du contribuable ?

Au moins 30 M€ pour:

- un gain dérisoire de 4 minutes par rapport à l'option Bipôle
- l'obligation pour TOUS de passer par Nîmes Feuchères pour accéder aux quelques TGV qui y seront déviés
- la fin programmée de l'exploitation fonctionnelle du carrefour nîmois et des haltes-minutes (+parkings) en entrées/sorties du réseau

Ce serait , le moins que l'on puisse dire, très très cher et stupidement payé !

Quand se réveillera-t-on ?



N'oublions pas, en 1994/95, personne ou presque à Nîmes ne voulait d’un viaduc de Courbessac.


C’est ainsi, par exemple, que, dans sa séance du 6 décembre 1995, la Municipalité CLARY décidait :

l° D'émettre un avis favorable pour l'amélioration de la desserte ferroviaire d'Ales,

2° De demander l'étude de l'alternative du tracé Ouest-de Nîmes (Saint-Césaire )

D'émettre un avis défavorable sur le projet de construction de viaduc dans le quartier de Jean Bouin et donc sur :

- le dossier de mise en compatibilité du P.O.S.

- les conclusions du Commissaire Enquêteur en date du 24 Mai 1995

- le P.V. de la réunion du 5 Octobre 1995 pour la mise en compatibilité du P.O.S

On qualifiait alors cet ouvrage de « largement critiquable », de « solution … partielle, … extrêmement coûteuse … pour un gain de temps peu convaincant » , ou encore qu’il « ne résoudrait pas tous les problèmes, […] mais en même temps, entraînerait de graves nuisances ».

Ce viaduc qui pouvait pourtant se justifier dans la mesure où le passage obligé de TOUS les trains - y compris les TGV, de plus en plus nombreux- n'était alors que l'artère historique Tarascon -Sète ...était beaucoup trop onéreux pour le gain de temps "promis" et en tout cas bien peu convaincant techniquement, ...

Or depuis cette époque, la décision prise du contournement de Nîmes ajoutée aux énormes progrès techniques réalisés n’ont fait que confirmer cette évidence : le viaduc est devenu INUTILE voire contraire à l'intérêt public d'un vaste territoire autour de Nîmes

Nous ne le répèterons jamais assez : " Le point de rebroussement de Courbessac n’est plus du tout un handicap pour les circulations de TER (et plus) sur Nîmes-Alès-Nîmes … Bien au contraire, celui-ci serait une carte maîtresse de l’étoile ferroviaire, routière et autoroutière nîmoise"

Alors pourquoi s’obstiner à vouloir absolument faire croire que le raccordement rêvé par nos anciens - et reconnu bien peu convaincant, par tous, voici une quinzaine d'années - serait devenu la panacée ? A qui donc profitera-t-il vraiment ?

En tout cas, certainement pas aux Alésiens et Cévenols ! Et encore moins aux habitants de Nïmes, Arles, Tarascon, Beaucaire, Uzès, Le Grau du Roi, Remoulins, Bagnols sur Cèze, etc, etc.

Alors à qui et pourquoi ?