Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17.02.2009

II - UN BIPÔLE NÎMES PONT DE JUSTICE / MANDUEL TGV ?

QUID des GARES, DE NÎMES PONT DE JUSTICE ( TER, Train tram) et MANDUEL TGV (ou GARONS TGV) ?

La première se situerait à hauteur du triage ferroviaire de Pont de Justice/Courbessac, là où attendent, depuis plus d’un siècle, quelques délaissés stratégiques, tout juste à 300 m du Carrefour routier de Pont de Justice, sur le Boulevard Allende de Nîmes (accessible de toutes parts sans passage obligé par le centre de cette ville). La seconde se situerait sur Manduel ou Garons et serait en lien direct tant avec Nîmes-Pont de Justice qu’avec Alès.

Idéalement placé au centre de gravité d’un précieux ensemble routier et ferroviaire, un tel BIPÔLE, serait apte à desservir un large territoire couvrant les agglomérations d’Alès, Arles, Nîmes et Montpellier. Et permettrait aux Nîmois, Alésiens et autres Gardois de choisir leur point d’entrée/sortie du réseau mais, aussi, d’accéder aisément aux TGV les plus rapides (qui emprunteront inéluctablement le CNM) et cela sans détour forcé - qui sera inutile - par la gare de Nîmes-centre.

Une gare de Nîmes Centre qui cumule de nombreux handicaps : perte de temps évidente pour les quelques rares TGV qui y seront déviés, manque d’emprise foncière disponible pour augmenter valablement sa capacité d’accueil, nombre de voies insuffisant et goulet d’étranglement irréductible de 950 m vers Courbessac, parkings automobiles de très faible capacité, conditions d’accès routiers très difficiles, etc.)

En tout cas, ce bipôle serait tout particulièrement bienvenu :
- pour échapper aux encombrements croissants de circulation automobile, aux problèmes de stationnement, de pollution
- pour désenclaver tout un secteur de la ville de Nîmes (de Hoche-Sernam à Pont-de Justice et au-delà)
- Pour faciliter concrètement les déplacements multimodaux entre les habitations et diverses destinations intra et périurbaines (Arles, Alès, Avignon, Remoulins, Montpellier, etc.)
- Pour réduire le coût et la durée effective (tous vecteurs confondus) de ces déplacements.

Et faut-il le rappeler encore ?

Un sérieux déclencheur pour la faisabilité d’un aaéroport bicéphale Montpellier-Nîmes, Sud de France.

Et un "camp de César"... pourquoi pas au Pont du Gard, du côté de Remoulins, à deux pas de la voie ferrée qui devrait un jour (prochain ?) être accessible aux TER, via une précieuse gare d'échange Nîmes-Pont de Justice ?

Etc. Etc.

I - UN BIPÔLE NÎMES PONT DE JUSTICE / MANDUEL TGV ?

"POUR UN VRAI DÉVELOPPEMENT GLOBAL DES DÉPLACEMENTS FAVORABLES AUX GARDOIS ": UN BIPÔLE NÎMES PONT DE JUSTICE / MANDUEL TGV

Extraits :

"Loin d’être toujours « le canard boiteux » moqué par beaucoup, celui-ci (Rebroussement de Courbessac) est devenu la clé de voute potentielle d’un superbe réseau de liaisons intermodales, multimodales, urbaines et périurbaines, au bénéfice d’une importante population gardoise"

"Une population dont l’habitat et les lieux d’activité, […], s’égrènent de plus en plus largement et densément entre celles-ci. "


"Or, pour parvenir à constituer un tel réseau d’échanges, une nécessité s’impose de toute évidence: la construction de deux gares directement liées l’une à l’autre : Nîmes-Pont de Justice, et Manduel TGV (ou Garons TGV)"


Cet ensemble ( en sus de multiples aurtres avantages): "pourrait même constituer le trait d’union indispensable entre les deux pôles d’un (futur ?) plateforme aéroportuaire Montpellier-Nîmes, Sud de France. Au surplus, sa facilité d’accès au Pont du Gard ainsi qu’à de vastes espaces en garrigue aiderait, par exemple, à la concrétisation de ce projet fort séduisant à priori (et qu’il ne s’agirait pas de laisser échapper !): le « camp de César »" prôné par Culturespaces et l'université de Nîmes

14.02.2009

L'ARTÈRE FERROVIAIRE (V1 et V2) AINSI QUE LA VOIE 104 SERONT BANALSÉES

Dans le cadre de l'option Jean Bouin /Voie 104, Nîmes Action avait proposé de banaliser un voie dite 104 ainsi qu'une section de voie 2 de l'artère principale entre Nîmes voyageurs et le point de rebroussement de Courbessac (poste 3).

Ce qui devait permettre de libérer des sillons et supprimer le cisaillement de la voie 2, d'abord par les TER (une dizaine) descendant d'Alès vers Nîmes-Feuchères. Mais, surtout aussi, par les dizaines d'engins (de plus en plus nombreux) qui, en sortie du Dépôt et du Centre de maintenance sont tous obligés, pour se rendre sur Nîmes-Feuchères, de monter sur le poste 3 (point de rebroussement Courbessac) par la voie 104 puis de redescendre (vers Nîmes-Feuchères) par la voie principale V1 après avoir cisaillé la voie principale 2.

Soulignons que cette importante consommation de sillons par les engins manœuvrant à partir du dépôt et du centre de maintenance a été "anormalement" occultée puis niée par la SNCF. Nous l'avions dénoncé, en vain, devant le Tribunal administratif de Nîmes (lors de notre action pour obtenir que la construction du centre de maintenance et de la machine à laver les trains soit entreprises sur le site ferroviaire situé quelques centaines de mètres plus loin, au-delà du Pont de Justice)

Or, après nous avoir opposé, en janvier 2006, l’infaisabilité de la banalisation demandée (pour des raisons techniques),
RFF vient de nous apprendre (janvier 2009) la mise en place d'une commande centralisée de réseau qui, non seulement, répond aux suggestions de Nîmes Action, mais, mieux encore banalise complètement la voie 1, la voie 2 et la voie 104 sur toute la section s'étendant entre Nîmes-Feuchères et le Poste 3 (point de rebroussement)

Ce qui réduit quasiment à néant l'argumentation de la "libération de quelques sillons par les seuls TER (une dizaine) rentrant sur Nîmes ". Une argumentation truffée de non dits ... et d'affirmations pour le moins erronées.

En tout cas, voici une raison essentielle - supplémentaire - qui milite plus que jamais pour la faisabilité de l'alternative Jean Bouin/voie 104 et par suite, pour une mise en place à court terme du projet BIPÔLE PONT DE JUSTICE/MANDUEL TGV ... qui serait bénéfique pour tous les Gardois.

Avec 35 millions de viaduc économisés, il y aurait de quoi rénover sensiblement la voie Nîmes/Alès/Nîmes actuelle. Et grâce au Bipôle PdJ/Manduel TGV, RFF serait alors assuré d'une recette "péages" autrement plus rentable ...