Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29.05.2009

Gare de Manduel

Gazette n° 521

Gazettte n° 521.jpg

 

19.05.2009

Question n°1970 -Débatpublic - Ligne nouvelle Montpellier Perpigna

Rubrique " Articulations avec d'autres projets d'infrastructure - CNM "

 

Question n°1970 du  18/05/2009 (Débat public - Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan)

Pourquoi aucune étude ne porte sur une recherche du fonctionnement rationnel de l’étoile ferroviaire nîmoise et encore moins sur la faisabilité et l’intérêt socio-économique d’un multi-pôle liant étroitement Manduel TGV et la gare Nîmes-Feuchères via le contournement de Nîmes et un pôle d’échange multimodal au triage de Courbessac ? Un scénario – sans viaduc de Courbessac - pourtant envisagé en 2005 par RFF (sur la base de quelle étude ?), mais très curieusement mis au placard ! Pourquoi ?

24.04.2009

Sur notre questionnement lors du débat du 23 avril 2009

Il ressort du débat public du 23 avril « ligne nouvelle Montpellier-Perpignan », la nécessité impérieuse de construire une gare TGV dans l’agglomération nîmoise. Une gare qui sera, n’en déplaise à ses détracteurs (à court d’arguments sérieux), tout sauf une gare des betteraves !

En réponse à notre intervention volontairement très courte et ciblée sur deux questions précises , nous avons malheureusement eu la confirmation de l'étonnante incohérence qui se préparait avec la construction du viaduc de Courbessac. En effet, pour des raisons techniques et de diminution de coût (sic) - déjà pharaonique du viaduc de Courbessac - la précieuse ligne historique Alès-Beaucaire ,via le triage de Courbessac, sera sacrifiée ! Mais, nous rassure-t-on, celle-ci pourra, … un jour (!), être rétablie et réaménagée ….

Autrement dit, et cela presque personne ne le sait - ou ne veut le savoir - nous allons tout droit vers une situation qui va indubitablement obérer en sens inverse (!) – et ne nous y trompons pas, pour des décennies - la fluidité du trafic ferroviaire autour de Nîmes.

En effet, la future (?) gare Manduel-TGV ne sera pas du tout accessible directement par les TER et TERGV en provenance d’Alès et des Cévennes ! Les Alésiens et Cévenols se rendant en gare de Manduel TGV seront donc obligés de rebrousser chemin – non plus, à Serre Paradis- Courbessac, mais en gare de Nîmes Feuchères ! Et en même temps, reperdre les minutes qui vont côuter si cher au contribuable. Quel formidable progrès !

Ainsi donc, 40 millions d’euros (ou presque) seront consacrés à construire un ouvrage qui fera gagner finalement pour les seuls accédant en gare de Nîmes Feuchères 4 à 5 malheureuses minutes pour atteindre Nîmes-Feuchères
(Par rapport au gain qui serait obtenu, notamment, par la seule banalisation programmée des voies grâce au CCR).

Une réalisation qui signera indubitablement – ne fermons pas les yeux - l’avortement du meilleur scénario possible à savoir un BI-PÔLE Nîmes-Feuchères/Manduel TGV avec des entrée-sortie (urbaines et périurbaines) intermédiaires grâce à des haltes-minute (+ parkings relais) particulièrement stratégiques, accessibles "multimodalement" et réalisables à moindre frais (par exemple, halte Jean Bouin/Vignaud et halte Serre-Paradis/Courbessac).

Et permettrait de renforcer efficacement la place de la gare de Nîmes Feuchères en lui apportant la valorisation inespérée de son accès tant au plan économique qu’environnemental, et cela en complémentarité certaine avec le TCSP.

Somme toute, le vaste bassin de vie autour de l’étoile ferroviaire, routière et autoroutière nîmoise en tirerait profit (pays d’Alès, Remoulins et Bagnols, Avignon (en partie), Arles, Le Grau du Roi, Lunel)

En tout cas, une évidence échappe à beaucoup d'observateurs non avisés. Si aucune entrée-sortie du réseau ferré ne leur est proposée, autre que Nîmes Feuchères, des centaines d'usagers potentiels ne souhaitant pas transiter par cette gare (engorgement, accès difficile, parking rare et cher, éloignement de leur destination finale etc.) ne prendront pas plus qu'aujourd'hui un quelconque TER pour leurs trajets travail domicile.

Pour confirmer, si besoin était, cette sombre perspective, non seulement pour les Alésiens mais, aussi et surtout, pour l’exploitation rationnelle de l’étoile ferroviaire nîmoise, il suffit de prendre attentivement connaissance du contenu de l"Etude de localisation et de définition de la gare TGV de l’agglomération de Nîmes


Tableau page 41 :

"Accès direct à Manduel TGV possible à partir de Nîmes, Beaucaire, Tarascon, Arles"
Et,… comme par hasard, "pour Alès, accès à Manduel TGV via correspondance à … Nîmes Feuchères". (autrement dit rebroussement ou rupture de charge à Nîmes Feuchères ! )

Tableau 2, page 50

« Accesibilté aux sites selon le mode principal ferroviaire par rapport aux gares d’Avignon et Montpellier »

Quaité d’accès au site de Manduel,
- depuis Nîmes … TER
- depuis Alès : TER avec correspondance à Nîmes
- depuis Arles : TER avec correspondance à Nîmes (contradiction avec tableau page 41, pourquoi ?)
- depuis Beaucaire : TER


Mais surtout, alors que l’accessibilité par la route est très largement développée, il est choquant que le même souci n’ait pas animé les auteurs de cette étude quant à l’accessibilité de Manduel TGV (et des autres) par TER. En effet, à cet égard, rien ou presque n'a été présenté.

Ce qui était pourtant indispensable et aurait en tout cas milité objectivement pour, d’une part, souligner l’intérêt indiscutable de Manduel TGV/TER. Mais aussi pour faire apparaître au grand jour l’incohérente décision de supprimer la connexion directe entre Alès et le contournement de Nîmes ! Tout cela pour construire à moindre frais (sic) le viaduc de Courbessac (qui, répétons-le, s’il se justifiait encore en 1994, ne se justifie quasiment plus de nos jours).

Enfin, si l'on tient tant (POURQUOI?) à cette réalisation devenue obsolète, il faudrait que la liaison directe Alès-contournent de Nîmes soit impérativement maintenue et rendue opérationnelle en même temps que la construction du viaduc.Mais surtout, que l'on ne se contente pas de la promesse - non actée solidement - de son éventuel rétablissement ... aux calendes grecques.

Sinon, ce serait une grave faute économique, humaine et ... et politique de la part de nos décideurs. Et au premier chef des autorités municipales alésiennes qui se feraient alors complètement "rouler dans la farine".