Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10.06.2010

DE LA LIGNE MAGINOT AU VIADUC DE COURBESSAC ...TOUJOURS PAREIL !

Le viaduc de Courbessac imaginé à l'époque des locomotives à vapeur et des aiguillages commandés manuellement, c'est tout comme  la ligne MAGINOT : une sottise à couper à la tronçonneuse !

La ligne MAGINOT, c'est la démonstration éclatante de la stupide obstination de chefs à croire et faire croire à la guerre statique des siècles passés. Alors que la guerre de mouvement, avec chars et avions était irrésistiblement en marche. Impossible alors de forcer les décideurs rétrogrades, passéistes et imbus de leur toute "puissance" à ouvrir les yeux ...  Les Français ont payé très cher cette monstrueuse bêtise ...

De la même manière (toutes proportions modestement gardées), nos chefs s'obstinent à faire construire par RFF - pour des dizaines de millions d'euros -   le viaduc de Courbressac ... Et croient bien faire !

Les stratèges de RFF/SNCF - sans aucun doute, hautement qualifiés et compétents - ne cachent nullement ne pas avoir étudié comment se fera - à cause du viaduc de Courbessac - la liaison directe entre Alès et le contournement de Nîmes  (via Manduel Redessan) et par suite Montpellier TGV (qui, en 2020, sera desservie par 100 TGV sur les 120 prévus par  RFF/SNCF). Eux savent que pour gagner un temps précieux et tirer le meilleur parti de la ligne ferroviaire Alès Nîmes, il aurait fallu la moderniser et surtout l'électrifier, tout en exploitant les progrès technologiques et informatiques fulgurants ... au bénéfice de TOUS.

Ces stratèges -  aux ordres des politiques  -  savent parfaitement que la destruction sur plusieurs centaines de mètres de l'une des voies actuelles à l'entée du triage de Courbessac condamne toute liaison directe sérieuse entre ALES  et  la LGV de contournement de Nîmes et Montpellier. Et  savent parfaitement qu'il n'a jamais été question de ... reconstruire cette voie.

Des TER différents seraient, en effet, alors forcés de relier séparément, d'une part, Alès à Nîmes-Feuchères (par le viaduc) et, d'autre part, Alès à la LGV de contournement. D'où une multiplication considérable de TER dédiés à des circulations inutiles. Et donc une gabegie supplémentaire inimaginable ...

D'ailleurs, RFF/SNCF ne cessent de répèter que pour les voyageurs en provenance d'Alès et à destination du contournement de Nîmes - via Manduel TGV et en tout cas Montpellier Odysseum - une correspondance/rebroussement sera obligatoire à Nîmes Feuchères ...  D'où une perte de temps d'au moins 20 minutes !

Les mêmes stratèges répètent aussi que la gare Montpellier Saint Roch (raisons techniques quasiment insurmontables) ne pourra être desservie que par une vingtaine de TGV via Nîmes Feuchères et la voie classique. Avec  20 minutes de plus par rapport aux TGV transitant par la LGV de contournement de Nîmes et Montpellier ! Ils répètent encore, à l'envie, que pour les voyageurs en provenance d'Alès et Nîmes la « correspondance » entre la gare Montpellier Saint Roch et Montpellier Odysseum ne pourra se faire qu'en Tramway.  D'où une vingtaine de minutes supplémentaires ...

En tout cas, pour en avoir discuté avec certains d'entre eux, les stratèges de RFF/SNCF savent parfaitement (projet RFF de 2005 mis au placard, pourquoi ?) que l'avenir de l'étoile ferroviaire nîmoise passe par un pôle d'échanges multimodal et multidirectionnel au triage de COURBESSAC (... d'où délaissement annoncé du viaduc sous dix ans) permettant des interconnexions directes (TER, TGV, TERGV) entre le Gard Rhodanien, les Cévennes, le Vaucluse, les Bouches du Rhône, l'Hérault ... et bien sûr PARIS. Sans parler d'un tram-train nîmois (intra et périurbain)

Tout comme ils savent parfaitement que la gare TGV/TER  de Montpellier devrait logiquement être implantée à SAINT JEAN DE VEDAS et non pas, "caprice d'élus", à Odysseum !

Somme toute, le viaduc de Courbessac apparaît indubitablement  comme une aberration du type ligne MAGINOT . Alors que se dessinent le contournement LGV de Nîmes et Montpellier, la réouverture de la rive droite du Rhône et de séduisants projets touristiques sur le thème "ROMANIT SUD DE FRANCE" notamment autour de Nîmes et du Pont du Gard ...

 

03.06.2008

COMMENT OPTIMISER LA LIAISON FERROVIAIRE NIMES-ALÈS-NIMES, DÉCONGESTIONNER L’ARTÈRE LITTORALE ET DÉSENCLAVER UN VASTE SECTEUR DE NÎMES …

Vu la flambée galopante du prix des carburants et les impératifs de développement durable, il devient urgent de « tordre le cou » à ce postulat largement dépassé selon lequel un gain de quelques minutes sur le temps de trajet sans arrêt entre Nîmes voyageurs et Alès Voyageurs serait la clé d’une fréquentation optimum de la ligne ferroviaire reliant ces deux villes.

2b64bbb1312ff12309d0155165cab498.jpgL’avenir de l’étoile ferroviaire nîmoise et à fortiori la pérennisation de la liaison Nîmes-Alès-Nîmes ne se conjuguent pas avec PROJET DE VIADUC [Pièce n°1] [mais avec l’exploitation enfin rationnelle d'une voie existante mal utilisée: LA VOIE 104 [PIECE N°2]

Le plan de voies existant et surtout (l’exploitation du "rebroussement de Courbessac" ainsi que d’importants délaissés le long des voies ferrées permettraient de configurer un réseau ferroviaire multimodal à destination d’une population gardoise dont l’habitat et/où le lieu d’activité s’égrènent de plus en plus densément entre Nîmes Voyageurs et Alès-voyageurs mais, certainement pas, au seul voisinage immédiat de ces 2 gares.

ec9df4cfb4267850bf19149f9a63509d.jpgPour répondre à l’intérêt général, il s’agirait en fait, de banaliser (utiliser dans les 2 sens) une VOIE dite 104 [Pièce n°3], de réactiver une autre VOIE DÉSAFFECTÉE [Pièce n°4] et "oubliée", mais surtout, aussi, que les "politiques" laissent enfin aux ingénieurs de RFF/SNCF le soin d’utiliser les nouvelles technologies – dont ils ont une parfaite maîtrise - pour réorganiser sérieusement et à moindre coût, les circulations ferroviaires entre Nîmes-voyageurs et le triage de Courbessac, tout en y intégrant des haltes- minute et des parkings relais stratégiques.

En vérité, un tel réseau multimodal permettrait aux usagers des TER Nîmes/Alès/Nîmes de réduire concrètement les durées et coûts (tous vecteurs compris) des déplacements ente habitations et diverses destinations.

802bfbd33959cba61e153b852c196a41.jpgSans oublier aussi que cette ouverture du réseau ferré à un vaste secteur nîmois situé entre le Boulevard Talabot et Pont de Justice (JEAN BOUIN, CHEMIN BAS D’AVIGNON, SERRE PARADIS [PIECES N° 5, 6, 7] , Mas de Mingue, etc.) voire au-delà, serait le gage d’une fréquentation fortement accrue et donc d’une pérennisation des liaisons Nîmes-Alès-Nîmes.

De surcroît, et ce n’est pas le moindre des objectifs, l’utilisation rationnelle de la voie 104 augmenterait de manière significative – en tout cas, nettement plus que le viaduc - le nombre de sillons disponibles dans le goulet ferroviaire situé entre Nîmes-voyageurs et le triage de Courbessac (Poste 3)

e4a91fcd41b664c3f448999d1a07c705.jpgEnfin, cette option impulserait - avant qu’il ne soit trop tard - les conditions de création à moyen terme d’une importante plate forme multimodale régionale au Pont de Justice/Grézan/Marguerittes. Celle-ci pourrait, notamment, s’articuler autour de plusieurs centres de maintenance (TER, TGV, tram-train) et d’une gare TER, tout à côté de la future (?) gare TGV Manduel, de l’aéroport Nîmes-Garons (qu’il faudrait maintenir à tout prix) mais aussi, des accès autoroutiers, du périphérique nîmois, etc. Avec en prime, tout naturellement, une ligne TER directe … Alès-Manduel TGV.

20.04.2008

Un avis objectif et sans parti pris

Sur la nécessité de développer la Zone Marguerittes Pont de Justice, Grezan, Manduel autour de l'étoile ferroviaire nîmoise, à deux pas des autoroutes et de, pourquoi pas, Nîmes Graons.

Pour un avis objectif et sans sans parti pris: www.towneo.com/ville/nimes.html

"Hormis sa localisation géographique qui peut apparaître comme des plus enviables (au carrefour des autoroutes et du réseau ferroviaire, au centre de l'arc méditerranéen au sud de la vallée du Rhône), Nîmes semble disposer, d'un argument supplémentaire pour attirer de nouveaux établissements sur des zones d'activité élargies (Grézan, Bouillargues et Mitra, notamment)"