Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23.04.2013

LA TOURNEE DU GRAND (VIA) DUC. dit ... de COURBESSAC

 

 Ainsi donc le très laid et très coûteux viaduc qui défigure le quartier Jean Bouin vient d'être "inauguré".

 

Plusieurs dizaines de millions d'euros (37,3 de l'aveu même de l'un des "responsables") pour quelques minutes de "gagnées" (ça fait combien pour 60 secondes ?) ont été engloutis dans ce qui défigure un quartier.

 

Une école maternelle, une école élémentaire, deux piscines publiques, des tennis, le stade Jean Bouin, se tapent les nuisances et l'horrible barre qui ruine l'immobilier modeste d'un quartier qui fut paisible et de garrigue. On a expulsé des gens et détruit leurs maisons. On abandonne un (bien nommé) "délaissé" qui ne l'est déjà pas pour les "sauvageons".

 

Les riverains se sont battus alors que les écolos-bobos ont courageusement détourné le regard. Hélas, ce fut le pot de terre contre le chemin de fer.

 

Un ex ministre, communiste; un vice-président de la gion qui ne l'est pas moins même s'il s'en cache aujourd'hui, peuvent être fiers de la gabegie et du chis et lever leur coupe, nous dit-on, en lévitation au beau milieu du viaduc (mais ui a bien pu avoir cette idée stupide ?!).

 

Espérons au moins que leurs camarades syndiqués, pour leur faire plaisir; limiteront leurs grèves et les retards des trains.

 

Sans qui la minute (dès lors perdue) sera encore plus chère pour le contribuable.

 

Après avoir subi un chantier infernal pendant des années.

 

Daniel J. Valade Citoyen et contribuable

 

11.04.2013

VISITE DU QUARTIER JEAN BOUIN par M. Jean Paul FOURNIER

Si Jean-Paul Fournier ne passera peut-être pas sur le viaduc lors de son inauguration officielle, il  sera cependant passé dessous à l'occasion de la visite qu'il a consacré dernièrement au quartier de Jean Bouin.

Accueilli par le président du comité de quartier Jean-Pierre Suissa, il a arpenté le secteur entouré d'une vingtaine d'habitants avec, comme à chaque visite, un cahier de doléances.

A commencer par le viaduc que le comité ne voulait pas « On nous l'a imposé et qu'on vienne pas nous dire comme j'ai pu le lire, qu'il y a eu concertation » proteste  Jean-Pierre Suissa, qui regrette aussi de n'avoir vu aucune mobilisation ni même curiosté des « écolos » et autres défenseurs (?) affichés de l'environnement et de l'intérêt public...

 

VISITE QUARTIER JEAN BOUIN  Dominique MARCK 010.jpg

Une réalisation qui pourtant fait désormais partie du paysage et que les habitants doivent adopter « On est bien obligé de faire avec maintenant, mais nous souhaitons d'une part qu'il s'intègre mieux dans le paysage et qu'on réfléchisse à son optimisation » ajoute t-il. 

Il faut dire en effet que l'esquisse du projet prévoyait qu'il se fonde mieux dans l'environnement. C'est donc un prochain cheval de bataille du comité qui a approuvé la proposition émise par  Monsieur Fournier de solliciter une visite in situ de Monsieur Christian Petit, Directeur régional de Réseau Ferré de France.

Autre dossier sous la main du président du comité, la rue Pitot  avec l'idée avancée de la passer à sens unique au moins sur sa moitié. Enfin, les endroits dangereux pour les piétons seront sécurisés et réduiront la vitesse excessive (rue Jules Verne et chemin de Serre Paradis)

Pour ce qui est du centre de maintenance, autre réalisation qui fâche, le comité de quartier demande que l'on procède à une étude auditive (et olfactive) « Il y a des gens qui ont du déménager à cause du bruit ».

Alors, si Jean-Pierre Suissa est plutôt satisfait de cette visite, il n'en reste pas moins qu'il constate - sans que cela puisse émouvoir les habituels valeureux défenseurs de l'environnement -  des aggravations de nuisances de type industriel tout à fait inacceptables dans un quartier de ville pourtant habitué - et non effarouché - par des circulations normales de trains.

D'autant qu'il sait aussi que ce quartier va connaître de vrais changements avec le projet Hoche Université  et que son désir avoué est d'y voir l'occasion de trouver, au viaduc, une vraie utilité pour les Nîmois (et Alésiens)  en étant dédié à des navettes dans le cadre d'un pôle intermodal (HOCHE UNIVERSTE du Pont des Pendus/route d'uzès).

Ce pôle multimodal (si l 'une des voies ferrées stupideement déposée en raison du viaduc était ré-implantée!) serait alors véritablement en lien direct  avec le prolongement de la ligne 1 du Trambus (tout à fait souhaitable!)  et les voies ferrées d'origine destination Nîmes-Feuchères,  mais aussi et surtout, le triage de Courbessac (décidément sacrifié par le viaduc)

Autrement dit ce pôle multimodal serait donc, via le triage de Courbessac/Pont de Justice, en ligne directe avec le futur contournement de Nîmes/Montpellier, Marguerittes (un jour?) et les villes d'Arles, Avignon... Et le périphériqie de Nîmes, l'échangeur de Nîmes-Est.

Ce ne serait certainement pas les Alésiens et autres Gardois, voire les Lozériens, qui se plaindraient d'avoir ainsi un accès direct  à toutes ces destinations - par de possibles TERGV ? - sans être obligés de passer par  Nîmes- Feuchères !!

De quoi alimenter du travail pour le comité, ses adhérents... et tous ceux qui veulent vraiment réfléchir objectivement au problème.

 

 

06.04.2013

NIMES-ALES, EN AVANT TOUTE Viaduc de Courbessac

 

MIDI LIBRE  (26 mars 2013)

 

QUESTIONS à JEAN-PIERRE SUISSA

Président du comité de quartier Jean Bouin

« On réfléchit à une meilleure utilisation»

Le comité de quartier Jean-Bouin s'est longtemps battu contre ce projet. Quel est votre sentiment aujourd'hui?

Nous sommes toujours convaincus que le viaduc n'a pas d'utilité. Étant donné qu'il est là, nous sommes obligés de faire avec et de nous adapter. On ne nous a pas écoutés. Nous sommes donc résignés, mais nous réfléchissons à une amélioration de la situation afin qu'il serve aux Nîmois.

C'est-à-dire?

Une meilleure utilisation: il faudrait s'en servir pour faire correspondre Nîmes-Feuchères et le quartier Hoche-Sernam. Le viaduc dénature le quartier et Réseau ferré de France (RFF) n'a pas fait les efforts nécessaires pour le fondre dans l'environnement. On se trouve face à un espace ressemblant à un champ de patates et non à un lieu agréable comme il apparaissait alors sur une plaquette de présentation ...On a mis cet ouvrage en plein milieu de la ville, dans des conditions difficiles. Un minimum de respect de l'environnement n'aurait pas fait de mal.

Comment réagissent les riverains du viaduc?

Ils sont résignés, abasourdis, ils laissent faire. Nous n'avons pas eu gain de cause ... Mais on est toujours sur le terrain: nous avons une visite de quartier du maire Jean-Paul Fournier le 2 avril et nous comptons bien lui poser certaines questions sur les possibilités d'améliorer la situation.

Recueilli par MARIE-LAURENCE GAILLAC mlgaillac@,midilibre.com