Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17.03.2011

Un formidable pôle d’échanges multimodaux (routier/autoroutier/TER/train tram/tramway) aux portes mêmes du carrefour du Pont de Justice à Nîmes

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir qu’en 1994 (voici plus de 15 ans)  les « inventeurs » du viaduc Jean Bouin, pour arriver à leurs fins, ont délibérément  caché l’existence d’une voie désaffectée entre le Pont de l’Observance et le triage de Courbessac. Une voie qui  pouvait largement servir à désengorger le goulet Nîmes Feuchères/ triage de Courbessac et améliorer les circulations Nîmes/Alès/Nîmes

 

Voies 104 et autres 020.jpg

Voies 104 et autres 023.jpg

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir que la banalisation (obligatoire) des voies ferrées entre NÎMES FEUCHERES et le triage de COURBESSAC ainsi que la disparition de la gestions des circulations « au téléphone » entre Alès et Nîmes ( y compris au  triage de Courbessac ) auraient permis, à elles seules, de gagner largement les 6 minutes qui seront prétendument obtenues par le viaduc Jean Bouin. 


Multipôle NFCM.jpg

En outre, personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir que le viaduc Jean Bouin condamne indubitablement  la création d’un formidable pôle d’échanges multimodaux (routier / autoroutier / TER /train tram / tramway) au triage de COURBESSAC, c'est-à-dire aux portes mêmes du carrefour du Pont de Justice (entre la route de Courbessac et la route d’Avignon). Avec accès direct pluri directionnel ( Tarascon, Beaucaire, Arles, Avignon-ville, Alès, Nîmes-centre, et plus tard,Montpellier Odysseum, Manduel TGV, Marguerittes, voire Bagnols sur Cèze  etc. 

 

 

16.03.2011

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir ...sur l'opération Courbessac

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir que pour des raisons techniques de jonction de la ligne de chemin de fer actuelle avec le viaduc Jean Bouin, qu'une des deux voies ferrées actuelles qui, à partir de la rue Kleber/Route d’Uzès mènent directement au triage de Courbessac et donc à  la LGV et/ou l’artère historique Tarascon-Sète, sera  déposée  pour ne laisser  place qu'à une nouvelle et unique voie déplacée, en partie, en milieu de ballast.

   Raccordement 2.jpg Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir que les TER entrant et sortant du viaduc ne rouleront plus que sur une seule voie jusqu’au futur pôle d’échange (station Kleber/Casernes/orangeraie) 


Raccodement 1.jpg

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir qu’il n’y a absolument aucun espoir (le coût serait plus que prohibitif vu le nombre de trains nécessaires sans compter l'unicité de la voie de circulation) pour que des TER distincts, en provenance/destination  Alès, soient dédiés, les uns à une desserte de la LGV / Manduel TGV  et les autres, à  une liaison directe avec Nîmes Feuchères.

Ce qui est d'ailleurs exclu par RFF et la SNCF dans les études produites lors du débat public portant sur la LGV Nîmes/Montpellier-Perpignan

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir que cette nouvelle voie unique menant de la rue Kleber au triage de Courbessac sera équipée sommairement (non banalisée) et ne sera dédiée qu’à un ou deux trains de fret  hebdomadaires (la nuit)

 

 

15.03.2011

Une absence scandaleuse de transparence et de légalité

 

Photos viaduc 03 02 2011 024.jpg

 

Personne (ou presque) ne sait ou ne veut savoir qu’en infraction manifeste à la Loi, la déclaration d'utilité publique du raccordement de NIMES à la ligne d'ALES ( viaduc dit de Courbessac) ne comporte absolument aucune étude d’impact hydraulique mesurant le risque d'aggravation des inondations que cette infrastructure fera peser sur toute un secteur de la ville de NIMES qui,  de notoriété publique  est fortement inondable.

 

 

 

 

Photos viaduc 03 02 2011 022.jpgViaduc qui, en vérité, toutes sujétions comprises (celles stricitement obligatoires pour qu'il puisse être utilisable!) mais qu'on se garde bien de comptabiliser, approchera les 100 millions d'euros !

Et au surplus, pour faire croire  - trompeusement -  que c'est le seul moyen de gagner 6 à 8 minutes entre Nîmes-centre et  Alès-centre ...

Il est vrai que les trains n'ont jamais ... de retard de cet ordre et  que pareil gain de temps, à plus de 10 millions d'euros la minute c'est  primordial !)   

Dont 8.8  M€ pour avoir décidé, en catimini et seulement en 2009,  de construire des réservoirs de rétention sous le tablier (dits "culées creuses")

Ce qui, somme toute, arrange les affaires de ceux qui comme Jean Denat, Damien Alary, Etienne Mourrut rêvent follement (?!) d'une ligne TGV pour le Grau du Roi, en passant par une gare TGV à Nîmes Feuchères, à l'écart de la future LGV de contournement ... mais surtout pas de gare à Manduel.

 

Répétons-le sans cesse, dans ce dossier, absolument rien ne porte sur les conséquences :

Photos viaduc 03 02 2011 018.jpg

  - du tablier imperméabilisé de plus de 8.000 m², bordé de garde-ballast et en déclivité descendante vers le boulevard Talabot

 

 


Photos viaduc 05 02 2011 009.jpg

 - du creusement d’une  tranchée rocheuse en travers de la colline de Serre Cavalier (176 mètres de long de  8 à 9 m de large et de 0 à 5m de profondeur) laquelle se situe en amont et au surplomb d'une zone incontestablement inondable (ce qui entraînera en grande partie les eaux de pluie vers la rue Pitot et non plus seulement vers le triage de Courbessac

 

Etant aussi précisé que la prévision d’utilisation « d’explosifs et d’engins de chantier plus ou moins puissants » pour creuser une tranchée de 160 mètres de long par 8 mètres de large et de 0 à 6 mètres de profondeur dans du « calcaire dur » n’a fait l’objet d’aucune étude d’impact.


Photos viaduc 05 02 2011 003.jpg - d'un mur en béton formant une rampe jusqu'à 10 m  de hauteur et de  50/60m de long  (tablier métallique compris) édifié en bout de cette tranchée, en travers de la "rue Pitot prolongée"

 

 

 

Photos viaduc 05 02 2011 029.jpg

 

....juste devant l’entrée du  stade Jean Bouin

 

 

 

 

Photos CM du 18_02_2011 004.jpg

 

 - d’une estacade / rampe d’accès de 250m de long  et jusqu’à 10 m de hauteur le long du cimetière Saint Baudile  et jusqu’au dépôt de la rue Pierre Semard  qui dévireront les eaux pluviales vers les zones urbanisées Semard et Talabot